Histoire de l'association

Du foyer à la Maison de retraite…

La raison d'être de l'Association est d'apporter à chacun de nos anciens, qui ont connus bien des souffrances au cours de leur existence, une ambiance chaleureuse, sécurisante.

L'Association a été fondée en 1934 par des exilés juifs russes, chassés de Berlin par le nazisme, pour qui le secours aux plus démunis qu'eux était un devoir primordial.

Un vieil hôtel particulier fut loué à la famille du capitaine A. Dreyfus, 5 rue de Varize. Tout d'abord gratuite pour nécessiteux et jardin d'enfants, il devint une petite maison de retraite pour 17 Pensionnaires. L'ASSOCIATION avait pour seule ressource des dons.
En 1942 sur 17 Pensionnaires 16 furent déportés, ainsi que des membres du Personnel et 2 bénévoles, malgré l'héroïsme de l'infirmière Genia Baikoff qui finit bien plus tard sa vie au Foyer en tant que Pensionnaire.
Après la guerre, avec un enthousiasme sans faille sous l'impulsion de Madame B. Lazareff, l'hôtel particulier fut acheté par l'Association.
Face à l'afflux de réfugiés, la cantine gratuite, le vestiaire, les fonds de secours immédiats distribués complétaient d'une manière vitale pour beaucoup l'activité de la petite maison de retraite.

Le Foyer fut reconnu publique en 1958 et est agrée par la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales.
L'hôtel particulier fut remplacé en 1963 par un immeuble de 6 étages pouvant héberger 63 Pensionnaires.
Cette reconstruction fut réalisée de façon originale. N'ayant pas de solution d'hébergement provisoire pour les personnes accueillies, le Foyer a continué à fonctionner sur place ; la construction commença par le dernier étage pour terminer progressivement au sous-sol.

Le montage financier de cette opération immobilière a été réalisé grâce à une subvention de l'Office des Réfugiés de l'ONU d'environ 60 % du coût de la construction et aux dons recueillis.

Au fil des années cette maison « moderne » en 1963, n'était plus adaptée ni aux normes de confort, ni à celles de sécurité.
Après bien des études de faisabilité, l'Association espérait construire une nouvelle maison de retraite sur un terrain, rue Roli (Paris 14ème), propriété de la ville de Paris.
Par manque de financement ce projet du être malheureusement abandonné en 1993.
Sous l'impulsion de Madame Neiman, Présidente du F.I.R et avec l'appui de la Direction de l'Action Sociale, de l'Enfance et de la Santé, un autre projet a été élaboré : une restructuration complète de l'immeuble actuel. Pendant toute la durée des travaux qui dureront 1 an ½ , le FIR devint locataire de la Fondation Rothschild dans le 12ème arrondissement de Paris.
Le 31 mai 2001, les Résidents et le Personnel ont pu aménager dans le « Nouveau FIR ».

Ce bâtiment moderne accueille désormais, en chambre individuelle, 37 Résidents. Les Résidents ne sont pas isolés de leurs proches car la maison de retraite, est située au cœur de Paris.